Archive dans décembre 2016

Des hommes et des femmes venus un matin devant la porte d’une prison, non pour sacrifier au rite de l’écrivain crucifié mais juste pour rappeler que la plume libre est la fille des hommes sans voix. Eux seuls y ont intérêt, n’ayant rien à gagner de l’obscurité et tout à espérer de la lumière.
Ils étaient venus nous redire que ce peuple, de tout temps trahi et abusé, a toujours eu besoin d’une solidarité aussi vaste que l’immensité de ses solitudes.
De ce pays humilié, j’appris très tôt, en effet, que le journalisme n’est qu’insurrection et que la gloire d’une plume est d’être traitée d’insurgée.